La petite histoire du soutien-gorge

La petite histoire du soutien-gorge

Invisible, push-up ou croisé, c’est notre allié de tous les jours. Mais au fait, d’où il sort ?

 

-500 avant JC : l’apodesme

En lingerie comme en maths, ce sont les Grecques qui ont tout inventé : la lingerie fait ses débuts dès l’Antiquité avec l’apodesme, un simple bandeau qui se portait sous la poitrine pour la maintenir. Déjà à la pointe, les nanas de l’époque…

 

1500 après JC : le corset

C’est à la Renaissance qu’apparaît (rrrrroulement de tambourrrrs) le fameux corset ! D’abord aplatissant, puis affineur-de-taille, en métal ou en bois (ouille), il va en faire baver aux femmes pendant 5 siècles. Il faut attendre les années 20 pour que des stylistes comme Coco Chanel nous en débarrassent enfin.

 

Au XXème siècle : la fin du corset

Pas-trop-tôt. Pendant la guerre, les femmes remplacent les hommes à l’usine, mais impossible de travailler engoncée dans des baleines trop serrées ! Désormais, elles porteront donc des culottes courtes (scandale). Le corset tombe sur les hanches et devient gaine, puis guêpière. Elles disparaissent dans les sixties : le corset est mort, vive le soutien-gorge !  

 

Depuis 1950 : le soutien-gorge

Entré dans le dictionnaire Larousse dès 1904, le "soutien-gorge" ne se développe vraiment qu’à la fin des années 20. On expérimente plusieurs formes et c’est souvent du grand n’importe quoi : seins pointus, coussinets gonflables, décolleté ultra-pigeonnant… Mais aussi soutiens-gorge croisés sans armature et push-up (qui resteront, eux).

 

Et aujourd’hui ?

Bandeau, triangle, guêpière, corbeille… On a l’embarras du choix, et même celui de ne rien porter du tout ! Il est loin, le temps où les femmes se cachaient pour acheter leur lingerie : désormais, on shoppe entre copines, et on ne changerait d’époque pour aucune dentelle au monde.

 

Ça vous a plu ?

Plein d’autres tips et infos à découvrir ici

Voir tous les articles